MARIE-CLARISSE Agrandir

MARIE-CLARISSE

Nouveauté

Entre l´appel de son frère, annonçant le grand départ de leur mère et les jours qui suivirent, Jacques Michaud ne cesse de retourner en arrière, de fouiller le passé pour retrouver le vrai visage de Marie-Clarisse. Il en résulte un récit d´une rare densité qui permet à l´auteur de découvrir, à travers ce départ, une maman que la vie n´avait pas toujours eu le temps de lui donner.

Plus d'information


Auteur(s):

  MICHAUD JACQUES


33,00 CHF

Caractéristiques

ISBN 2-88295-136-1
Nombre de pages 140

Plus d'informations

Entre l´appel de son frère, annonçant le grand départ de leur mère et les jours qui suivirent, Jacques Michaud ne cesse de retourner en arrière, de fouiller le passé pour retrouver le vrai visage de Marie-Clarisse. Il en résulte un récit d´une rare densité qui permet à l´auteur de découvrir, à travers ce départ, une maman que la vie n´avait pas toujours eu le temps de lui donner. Car l´on n´est pas femme de colon québécois et l´on n´élève pas seize enfants sans toujours avoir le temps et l´énergie de s´occuper de l´un et de l´autre comme la mère et les enfants auraient pu le souhaiter: Marie-Clarisse a beau trimer d´une étoile à l´autre, elle ne peut être constamment présente. En ce sens, la fin de l´histoire de Marie-Clarisse est un véritable triomphe pour la mère et le fils, une rencontre infiniment belle et douce dont seule la magnifique sensibilité de l´auteur peut en traduire toute l´intensité:
"Ce soir-là, au coucher, je fermai paisiblement les yeux et j´appelai son âme. Elle vint lentement à moi. Ensemble, nous marchions dans le champ de foin qui s´étend derrière la maison. A un moment donné, elle me demanda de me mettre à genoux devant elle.

J'embarquai tout de suite dans le jeu. Elle prit la tige de mil qu'elle mordillait entre ses dents et elle m'en chatouilla les narines. Elle riait aux éclats. Je la pris dans mes bras et la serrai contre mon cœur en lui murmurant tout bas:
- Marie-Clarisse... Pour la première fois de ma vie, je m'entendais l'appeler par son prénom."